Menu

Le festival est de retour du 19 au 22 août 2021.
Pianos et pianistes vont reprendre le chemin du parc de l’Orangerie pour la première édition post-covid.
Renouer avec l’insouciance, la beauté, les arbres, la musique. Privilégier des musiques chaudes, fédératrices, pour qu’on ait plaisir à se retrouver. Offrir aux enfants (et à leurs parents ?) des séances de grimpe aux arbres, un manège et un spectacle de danse aérienne… Voilà la philosophie de cette édition.
C’est un pianiste lunelviellois, Vittorio Forte, qui ouvrira cette édition par un récital consacré notamment à l’opéra. La soirée se poursuivra avec le projet La Trova»du pianiste nîmois Raphaël Lemonnier, qui conjugue les musiques latines et le jazz. On retrouvera ensuite Vittorio Forte pour une causerie autour de la musique de Jacques Brel.
Le vendredi, on attaque par un concert loufoque. Imaginez une collection de tubes pop (Macarena, Barbie Girl…) interprétés par une chanteuse lyrique accompagnée d’un pianiste classique. Le résultat est drôle, mais aussi musical et virtuose. Une curiosité à découvrir dès 18 heures, avant de passer le relais à deux pianistes déjà connus des festivaliers : Ray Lema et Laurent De Wilde reviennent pour un concert à deux pianos autour de leur nouvel album, très inspiré. Si vous aviez aimé leur passage en 2O17, vous adorerez celui de 2O21 !
C’est encore un spectacle à deux pianos, mais avec un seul pianiste qui sera le temps fort du samedi après-midi : le projet Pianoid d’Edouard Ferlet fait dialoguer les deux instruments via un système numérique, pour une sieste electro-jazz. On poursuit avec Maxime Zecchini, qui ne joue que d’une main : il existe tout un répertoire, depuis Maurice Ravel, pour piano main gauche. Le clou de la soirée, c’est l’américain Joachim Horsley qui passe Beethoven au tamis de la musique cubaine. Po po po pom… Et les percus endiablées transforment les thèmes classiques en rumbas et boléros.
Dimanche, on démarre doucement par une concert-conférence sur les styles du piano jazz, on bat la mesure avec le New Orleans de l’Orchestre syncopathique, et on retrouve Bastien Lucas pour un hommage étonnant à Francis Cabrel… en piano-voix. On termine en beauté avec les Sey Sisters, qui interprètent avec leurs trois voix magnifiques de la soul et du gospel.
Foodtrucks, concerts classiques sous les étoiles, sieste musicale… Alors, on se retrouve le 19 août sous les arbres ?

 

Programmation et billetterie sur unpianosouslesarbres.com

 

Accessibility
Fermer