Menu

La RN 113 requalifiée

Rn 113

 

C’est une opération d’envergure que la commune a entreprise en 2010 : transformer la RN 113, véritable barrière entre le nord et le sud du village en boulevard urbain fréquentable par les piétons, les vélos et les Personnes à Mobilité Réduite (P.M.R). Réalisés en concertation avec les riverains et les commerçants (avec la participation de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lunel), les travaux se sont achevés le 23 septembre 2011.

 

  • Sécuriser les déplacements des piétons et des cyclistes, réduire la vitesse de circulation automobile

thumb rn 113 pietonsC’était l’objectif premier de l’opération : débarrasser les trottoirs du stationnement anarchique pour permettre un cheminment en toute sécurité et réduire la vitesse de circulation des voitures.

Le trottoir nord a été considérablement élargi. Protégés par des bordures hautes de la circulation et du stationnement, le cheminement des piétons est devenu beaucoup plus confortable. La largeur supplémentaire a permis la création d’un trottoir partagé utilisable pour les  cyclistes.

La réduction de la chaussée, de 8 mètres à 6 mètres participe à la réduction des vitesses de circulation : avant les travaux, 90 % des automobilistes étaient en infraction et circulaient au-dessus des limitations de vitesse. Aujourd’hui, un nouveau carrefour à feux au niveau du parc de l’orangerie casse les vitesses de circulation.

 

  • Augmenter l’offre de stationnement pour les riverains et les commerces

rn 113_stationnementRegoudronnée en 2003, l’avenue de la République (RN 113) comportait trop peu de places de stationnement. La situation est grandement améliorée aujourd’hui : stationnement longitudinal, accès au parking situé au coin de la rue Clémenceau depuis la nationale, création d’un parking en zone bleue derrière la salle Roux… L’offre de stationnment est désormais suffisante, pour les commerces comme pour les riverains.

 

  • Encourager l’utilisation des transports en commun

L’arrêt de bus de la ligne 101 (Hérault transports) a été déplacé au niveau du parc de l’Orangerie, à proximité de la mairie et de la gare. C’est désormais un arrêt de bus aux normes pour les Personnes à Mobilité Réduite.

 

  • Embellir la traversée de Lunel-Viel

carrefour st_geniesLa traversée du village est désormais métamorphosée : revêtements plus nobles (béton désactivé et dallage de pierre devant l’entrée du parc), enfouissement des réseaux d’électricité et de téléphone… La perception de l’environnement change, effaçant l’image d’un “village-rue” au profit d’une traversée plus urbaine… qui incite également les automobilistes à lever le pied.

De nuit, le nouvel éclairage LED, plus économe en énergie, fournit une lumière suffisante et douce qui donne un cachet supplémentaire à l’avenue de la République.

 

  • Rénover les réseaux d’eau et d’assainissement

Réseau d’assainissement en amiante-ciment, branchements d’eau potable au plomb… Les réseaux posés dans les années 1960 n’étaient pas à la page du développement durable et occasionnaient de nombreuses fuites. De lourds travaux ont permis leur complet remplacement.

 Largement subventionnée par l’Europe, l’État et le Conseil général de l’Hérault, cette opération ambitieuse a grandement amélioré la qualité de vie des Lunel-Viellois. Les problèmes initiaux de circulation automobile ont été réglés par une programmation des feux. Néanmoins, en l’absence de déviation, le trafic devrait continuer à croître, pour une saturation prévue en 2020… C’est ce qui figure dans le dossier de concertation publique réalisé en 2005 pour la future déviation qui n’a toujours pas vu le jour. Il était donc temps de faire quelque chose pour protéger les Lunel-Viellois des dangers de la circulation sur cet axe majeur du sud de la France (15 000 véhicules / jour).

Voirie réseaux secteur rue du Dardaillon

Avis d’appel public à la concurrence – procédure adaptée 

Téléchargez l’avis d’appel à la concurrence (procédure adaptée) pour le projet de requalification de la voirie de la rue du Dardaillon, place de la libération, place de l’ancienne mairie et rénovation des réseaux de distribution d’eau potable et assainissement.

{phocadownload view=file|id=3|target=s}

 

Le Plan Local d’Urbanisme (P.L.U)

  • Un P.L.U, qu’est-ce que c’est ?

Le plan Local d’Urbanisme définit la politique urbaine de la commune. C’est le document de référence qui détermine les règles de construction sur l’ensemble du territoire communal.

  • Une procédure longue et complexe

Initiée en 2003, la procédure pour l’établissement du P.L.U a duré neuf ans. Une première mouture, qui prévoyait la construction de 700 logements et l’urbanisation de 17 hectares au sud du village a été retoquée en 2008 par la Préfecture car le document ne comprenait pas d’étude de ruissellement des eaux de pluie. Suite aux élections municipales de 2008, une nouvelle version a été rédigée. Un schéma directeur d’assainissement pluvial a été réalisé. Après deux débats sur les orientations du Projet d’Aménagement et de Développement Durable (P.A.D.D), qui fixe les grandes orientations de la politique urbaine, une concertation avec les agriculteurs et une enquête publique, le P.L.U a finalement été adopté en juillet 2012.

  • Un territoire communal préservé, des logements pour tous

Le document traduit la priorité de l’équipe municipale actuelle : optimiser l’espace existant en évitant une extension démesurée de l’urbanisation. Ainsi, seuls 2,7 hectares ont été ouverts à l’urbanisation. Pour le reste, le document envisage la reconversion d’espaces en friche, comme le secteur de l’ancienne cave coopérative.

Le document prévoit la construction de tous types de logements : quartiers résidentiels, accession à la propriété et logements sociaux. Chaque programme de construction devra respecter le principe de mixité sociale.

  • Téléchargement

 

Sommaire du P.L.U

{phocadownload view=file|id=20|target=s}

 

Les éléments du P.L.U 

{phocadownload view=file|id=21|target=s}

{phocadownload view=file|id=23|target=s}

{phocadownload view=file|id=24|target=s}

{phocadownload view=file|id=25|target=s}

{phocadownload view=file|id=26|target=s}

{phocadownload view=file|id=27|target=s}

{phocadownload view=file|id=28|target=s}

{phocadownload view=file|id=29|target=s}

{phocadownload view=file|id=131|target=s}

{phocadownload view=file|id=31|target=s}

{phocadownload view=file|id=32|target=s}

{phocadownload view=file|id=33|target=s}

{phocadownload view=file|id=34|target=s}

{phocadownload view=file|id=35|target=s}

La viticulture : muscat et coopérative


Malgré son déclin la viticulture reste assez bien implantée à Lunel-Viel : la superficie en vigne est d’environ 400 hectares dont 150 en appellation Muscat de Lunel.

 

Lunel-Viel, l’un des quatre communes de l’AOC Muscat de Lunel

 

Comme son appellation ne l’indique pas, le muscat est principalement produit sur les communes de Lunel-Viel et de Vérargues. L’AOC comprend également les communes de Saturargues et de Lunel.

A Lunel-Viel, un compoix de 1604 atteste l’existence de la culture du muscat, vin doux naturel, dans la partie nord de la commune. Fort apprécié à l’époque moderne, il aurait été qualifié par Jean-Jacques Rousseau de “meilleur muscat d’Europe”.

Sa production à Lunel-Viel se poursuit aujourd’hui à la Tour de Farges et au Mas des Caves.

En savoir plus :

– le site de la cave du Muscat de Lunel

– le site de la Tour de Farges

 

La distillerie et la coopérative

La distillerie coopérative des vignerons de Lunel-Viel a été créée en 1913. Elle obtient un prêt du Crédit agricole du midi en 1918 qui permet la construction du bâtiment de la distillerie. Elle abrite aujourd’hui les services techniques municipaux.

La cave a été construite sur une parcelle voisine par l’architecte montpelliérain André Cassan. Elle est aujourd’hui abandonnée, la production de Lunel-Viel étant acheminée à la cave de Vendargues.

 

En savoir plus :

– Site de la Région Languedoc-Roussillon : inventaire des caves et distilleries, Lunel-Viel

L’époque romaine : thermes et Voie domitienne

Les thermes et la palestre

De grands thermes sont construits vers les années 70 après JC., dont subsistent les fondations que l’on peut visiter près de l’école maternelle, rue des Thermes. Autour du carrefour et de la place centrale se développaient un second ensemble thermal et des maisons, dont la modestie ou au contraire le confort, témoignent du rang social de leurs occupants.

On peut également voir à l’entrée de l’école maternelle les reste de l’ancienne palestre (le gymnase à l’époque romaine).

 

 

La Voie domitienne

Lunel-Viel se trouve également sur le passage de la Via Domitia, peu après le village d’Ambrussum. Aujourd’hui, la voie emprunte l’actuel chemin de la Monnaie, le long de l’autoroute A9. Elle matérialise la limite communale avec Vérargues.

Ce chemin est encore emprunté, notamment par les pèlerins de Saint-Jacques.

L’église Saint-Vincent

Plusieurs fois rasée durant les Guerres de Religion, l’Eglise de Lunel-Viel conserve peu de choses de ses origines médiévales, l’essentiel de l’édifice ayant été rebâti au milieu  du XVIIème siècle. Seul vestige médiéval, le clocher occupe une puissante tour défensive portant une inscription qui situe sa construction au début du XVème siècle.

La grotte préhistorique du Mas des Caves : le plus ancien habitat préhistorique d’Europe

La grotte du Mas des Caves

Le plus ancien fleuron du patrimoine lunel-viellois est aussi le plus mystérieux. Un kilomètre au nord-ouest du village en direction de Saint Géniès, la grotte s’ouvre dans un coteau célébré aussi pour le muscat qu’il produit.

 

grotte Mas des Caves
Les hommes de Néanderthal furent les premiers occupants des lieux où ils s’établirent il y a 500 000 ans. De nombreuses fouilles ont eu lieu depuis 1824 et les découvertes concernant la vie de ces ancêtres homo-sapiens en font l’un des plus prestigieux gisements préhistoriques d’Europe. A ce jour, la grotte n’est pas ouverte au public.

 

Les fouilles n’ont pas permis d’identifier de squelettes humains, et la grotte ne comporte pas de peintures rupestres. Mais, dans le cadre des travaux de la future Ligne à Grande Vitesse Nîmes-Montpellier, de nouvelles fouilles pourraient avoir lieu… Affaire à suivre, donc la grotte du Mas du Caves n’a peut-être pas livré tous ses secrets.

 

En savoir plus sur la grotte du Mas des Caves :

 

– le site de l’association Archéologie en Petite Camargue

– le site DAPHNE (Données en Archéologie, Préhistoire et Histoire sur le NEt)

Le château et l’orangerie

Aucun texte, ni aucun vestige ne témoigne de la présence d’un château à Lunel-Viel au cours du Moyen-Age, le village restant alors sous la protection du château de Lunel et trouvant son seul élément défensif dans la Tour de l’Eglise.

 

L’actuel château date du XVIIème siècle dans sa partie la plus ancienne, en particulier le grand escalier de style Louis XIII desservant les actuels services de la mairie qui occupe le bâtiment depuis la fin du XXème siècle. Bâti par la famille de Trémollet, seigneur du lieu aux XVIIème et XVIIIème siècle, le château est vendu à la veille de la Révolution au sieur Durand, maire de Montpellier.

 

 

Le château connaît d’importantes transformations dans la seconde moitié du XIXème siècle, sous l’impulsion de son propriétaire Paul Manse, avocat fortuné, avec en particulier l’aménagement d’une chapelle qui a conservé son décor néo-gothique.

 

Dans le vaste parc, en 1876 est bâtie une grande orangerie de style Napoléon III, remarquable par sa couverture d’ardoise en écaille et par son décor sculpté. Si les orangers ont déserté les lieux, après d’importants travaux de restauration, le bâtiment, classé depuis 1990 monument historique par les bâtiments de France offre désormais son cadre prestigieux aux réceptions et expositions municipales. Le parc comprend de nombreuses essences, platanes, maronniers, micocouliers, chênes, palmiers, cyprès parmi lesquels il fait bon se promener.

 

Extraits de Patrimoine et Culture en Pays de Lunel

Accessibility
Fermer