Menu

Le nouveau club taurin de Lunel-Viel, né de la fusion entre les clubs Lou Simbeù, Lou Biou et Lou Raset portera désormais le nom des Clubs taurins réunis Paul-Ricard et siégera dans une salle de l’ancienne école Jules Ferry, mise à disposition par la mairie. À la veille de la nouvelle saison qui démarre à la Saint-Vincent, rencontre avec Florent Tedeschi, le nouveau président. 

 

Comment est né le nouveau club taurin de Lunel-Viel, baptisé les Clubs taurins réunis Paul-Ricard ? 
Le club est né de l’union des trois clubs taurins du village après l’assemblée générale du lundi 5 décembre. Les membres des clubs ont soulevé le non-sens de la présence de trois clubs taurins à Lunel-Viel, en exprimant le souhait qu’ils se regroupent. La mairie a également abondé dans ce sens, mettant à notre disposition une salle afin d’aménager le nouveau siège social de l’association. La fusion était inévitable. Nous avons décidé d’unir nos forces pour présenter des spectacles de qualité.

 
Comment allez-vous fonctionner ? 
L’adhésion à la fédération des Clubs Taurins Paul-Ricard, qui regroupe 400 clubs à travers la France, nous permet de bénéficier de certains avantages, notamment en terme de logistique et de moyens marketing. En outre, les trois clubs taurins sont représentés par la constitution d’un bureau autonome composé des anciens présidents des clubs : Stéphanie Creton pour Lou Raset est vice-présidente, Mathieu Agelini pour Lou Simbeù, trésorier et j’étais moi-même à la tête de Lou Bioù avant d’avoir l’honneur de présider ce club. Mais avant tout, nous prenons les décisions ensemble.

 
Vous êtes devenu le président d’un seul club, quelles en sont les valeurs ? 
Les clubs taurins sont présents depuis plus de quarante ans au village. Ils sont un élément permanent de la vie des Lunelviellois. En unissant nos volontés et nos adhérents, nous souhaitons lancer de nouveaux projets et pérenniser la course camarguaise dans le village. Avec pour objectif de partager notre passion, défendre la tauromachie et maintenir nos traditions.

 
Lunel-Viel va se doter de nouvelles arènes en 2018, quels sont vos objectifs pour 2017 ? 
Les arènes étaient trop vétustes. Il était nécessaire de les remettre en état et de les équiper de vestiaires, de sanitaires et d’une nouvelle sonorisation. Nous suivons de près l’avancement des travaux et avons assisté à plusieurs réunions en mairie sur le sujet. Pour l’heure, nous allons privilégier les sorties en manade, les lotos et les courses au plan. Nous participerons bien entendu à la fête d’été et à la Saint-Vincent qui ouvrira la saison.

 
Le club devrait compter près de 80 adhérents, cela est-il suffisant ? 
Oui, effectivement si on regroupe l’ensemble des adhérents des trois anciens clubs, on peut raisonnablement penser qu’on sera au moins 80. Mais nous voulons ouvrir davantage le club aux jeunes et invitons tous les Lunelviellois à venir partager nos traditions. Car au-delà de l’aspect festif, la fête votive est un travail de long terme. C’est aussi cela que nous souhaitons faire découvrir, le travail de préparation des taureaux, des manadiers, l’aspect sécurité…

 

Florent Tedeschi, président du nouveau club taurin, entouré du Conseil d’administration des Clubs taurins réunis Paul-Ricard, nouvelle appellation.

Accessibility
Fermer