Menu

La commune primée au concours des villages fleuris

De gauche à droite : Estelle Martin, responsable des Services Techniques et Marie De Oliveira, conseillère municipale référente « Villes et villages fleuris, oeuvrent au quotidien pour l’embellissement de la commune.

Chaque année, le conseil départemental organise le concours des villes et villages fleuris de l’Hérault qui récompense les actions des collectivités locales en faveur du fleurissement et de l’embellissement des communes. Cette année, la ville de Lunel-Viel a été particulièrement mise à l’honneur lors de la remise des prix qui s’est déroulée le 13 décembre dernier à Villeveyrac.


Dans le cadre du concours annuel organisé par le Département, afin de récompenser les travaux et embellissements réalisés par les villes et villages accompagnés, la ville de Lunel-Viel vient de décrocher la mention spéciale du jury “Animations aux Jardins Partagés” pour récompenser “les actions remarquables” mises en place par la commune. Ce prix « est une reconnaissance du travail collectif mené par les jardiniers et la commune. Le résultat n’est pas le fruit que d’une journée. Donc c’est très encourageant », se félicite Marie De Oliveira, conseillère municipale déléguée aux Jardins Partagés. Cette récompense participe à la valorisation du travail d’embellissement et d’amélioration du cadre de vie engagé à Lunel-Viel. Il faut dire qu’à cet égard, la ville n’est pas en reste : elle fait dans le zéro produit phytosanitaire, met en place un “plan vert urbain” avec des plantations dans ses espaces publics, régale les abeilles des jardins partagés avec 5 ruches, entraîne ses habitants sur des cheminements doux et les sensibilise à l’environnement avec des animations et ateliers organisés tout au long de l’année, notamment aux Jardins Partagés avec par exemple la journée En Quête de Vert ou encore le concours des terrasses, fenêtres et balcons fleuris…
Dans un souci de préservation de la biodiversité, la ville a également reçu un abri à chauves-souris qui sera installé dans le parc de l’Orangerie.

Zéro phyto : trois grenouilles pour la commune

La ville de Lunel-Viel dispose désormais d’un label de Niveau 3 «Zéro Phyto». Ce label vient récompenser les efforts de la ville en termes de respect de l’environnement, qui n’utilise plus de produits phytosanitaires dans l’entretien des espaces verts.


Ce label, décerné par la FREDON Occitanie (Fédération Régionale de Défenses contre les Organismes Nuisibles d’Occitanie) dans le cadre de sa charte Zéro Phyto, récompense la politique menée par la collectivité dans une démarche plus écologique.
L’obtention de ce label est le fruit d’années de travail. En effet, depuis 2015, la ville s’est engagée à respecter la charte du PIAPPH (plan intercommunal d’amélioration des pratiques phytosanitaires et horticoles) sur la protection de l’environnement. Dans cette dernière, les collectivités signataires s’engagent à réduire, voire à éliminer les produits phytosanitaires, dans la gestion de leurs espaces verts, dans les parcs, aux abords des routes ou encore dans les cimetières. Cette politique environnementale dictée par la loi de transition énergétique qui prévoit la mise en place de l’objectif « zéro photo » dans l’ensemble des espaces publics depuis le 1er janvier 2017, a permis d’être primé au niveau 3 de la charte « zéro phyto », le plus élevé. Ce niveau reconnait l’abandon total de l’usage des phytosanitaires pour l’entretien des espaces publics, la sensibilisation du grand public mais aussi des gestionnaires privés d’espaces collectifs présents sur la commune, l’acceptation de l’herbe dans les espaces publics et enfin la formation des agents municipaux aux méthodes d’entretien alternatives. La ville fait désormais place au désherbage manuel à la binette ou thermique à gaz pour se débarrasser des plantes adventices. Outre ces mesures, la municipalité, se soucie également de l’économie des eaux d’arrosage, de la protection des oiseaux utiles et de la lutte par des moyens naturels contre les insectes ravageurs. L’obtention de ce label se traduit par la pose de panneaux aux entrées de ville portant la mention « zéro phyto » avec les trois rainettes symbolisant le niveau d’engagement maximum de la municipalité en la matière.

Un composteur collectif sur la commune

Grâce à l’action conjointe de la ville et de la CCPL, un composteur collectif sera installé à Lunel-Viel.

 

Un équipement qui permettra de réduire de 30 à 40 % les déchets de la poubelle grise, soit environ 100 kg de déchets organiques par habitant et par an ! Pour garantir la bonne transformation des matières, des référents bénévoles seront formés et chargés de la bonne tenue des opérations, accompagnés des agents techniques de la commune, chargés de l’entretien des bacs.

 

L’inauguration de l’aire de compostage aura lieu le samedi 7 avril à 11h sur le parking des Thermes. La remise des “bio seaux” pour chaque riverain, aura lieu, à cette occasion. La ville, en partenariat avec la Communauté de Communes du Pays de Lunel, va procéder début avril à la pose d’un composteur collectif sur le parking des Thermes. Un équipement à l’usage de tous pour le  compostage des déchets verts et alimentaires.

Un apiculteur aux petits soins pour les abeilles

Arrivées depuis quelques années aux jardins partagés, les abeilles vivent en parfaite harmonie dans les jardins où elles trouvent leur compte grâce aux plantes mellifères, aux pratiques culturales respectueuses de l’environnement (compostage et abandon des pesticides), et à la grande diversité d’espèces végétales. Mais, sous la menace du frelon asiatique, la colonie est en péril.

 

Installée au coeur des jardins partagés depuis 2010, la ruche passerait presque inaperçue. Derrière les parcelles, à quelques encablures des eaux du Dardaillon, la colonie bourdonne dans son petit coin de verdure. Ancien boulanger reconverti dans l’apiculture, Gaëtan Lebosse se rend chaque semaine aux côtés des jardiniers pour inspecter la ruche. « Nous n’avons encore jamais fait de récolte de miel. L’idée était plutôt de faire découvrir aux jardiniers l’apiculture, et l’abeille. Elle leur est extrêmement utile pour polliniser le potager », explique l’apiculteur. « Il y a beaucoup à faire. Entre le froid, l’humidité et la menace du frelon asiatique, leur principal prédateur, les abeilles requièrent une attention de tous les instants », précise-t-il. « La ruche a aussi besoin d’une nouvelle reine. » Gaëtan Lebosse va procéder au remérage au printemps. « L’objectif est de bien passer l’hiver. Il faut réduire l’entrée de la ruche pour éviter les intrusions et fournir aux abeilles un complément alimentaire ». Pendant l’hiver, le volume de la ruche est réduit à un strict minimum pour protéger les abeilles, quand vient l’été, ce sont près de 50 000 individus qui s’épanouissent au coeur de la biodiversité locale. « Une ruche peut produire entre 10 et 15 kg de miel par récolte ». En attendant peut-être une première récolte de miel issu de la ruche des jardiniers, l’apiculteur s’affaire à la santé de ses abeilles.

Journée d’information entretien des cours d’eau

Le Symbo organise en partenariat avec le SIATEO et la Chambre d’Agriculture de l’Hérault une journée de formation sur l’entretien des cours d’eau à destination des agriculteurs le 10 octobre 2017 à Mudaison au domaine des caves Moulines.

 

Intéressé par la journée ?
Contactez la Chambre d’agriculture au 04 67 20 88 55 ou à scie@herault.chambagri.fr pour vous inscrire ou complétez le formulaire ci-dessous :

Lunel-Viel s’engage vers le 0 Phyto

La ville a recours au désherbage manuel et thermique, afin d’exclure l’usage des produits phytosanitaires. Une démarche écologique, en accord avec le Grenelle de l’environnement et le PIAPPH* du Pays de Lunel qui vise le zéro pésticides afin de limiter les rejets d’effluents dans le milieu naturel.

 

En centre-ville et au cimetière, cette année, chalumeaux et binettes se sont multipliés. Les agents du service technique ont de nouveaux outils en main. La ville adopte des méthodes alternatives de désherbage, car elle s’est engagée vers le zéro pesticides. Sur les trottoirs, les agents combinent le thermique et manuel. Une technique qui demande du temps. La ville a également recours aux services des personnels de la Régie d’Emplois et de Services du Pays de Lunel.

L’efficacité du désherbage alternatif (mécanique, thermique, manuel) ne pourra jamais atteindre le niveau du désherbage chimique, c’est pourquoi, le végétal est aussi appelé à prendre une place plus importante, là où le désherbage n’est pas incontournable.
La suppression des produits phytosanitaires est avant tout une question de santé publique. Elle est aussi devenue une obligation légale. La loi Labbé du 6 février 2014 vise le zéro pesticide dans les espaces publics, en 2017, et le 1 er janvier 2022 chez les particuliers.

*Plan Intercommunal d’Amélioration des Pratiques Phytosaniatires et Hotisoles élaboré avec les communes du Pays de Lunel. Objectif : permettre une gestion durable et écologique des espaces communaux et limiter les apports polluants dans l’étang de l’Or, site classé Natura 2000.

Des ampoules LED distribuées gratuitement à Lunel-Viel

Dans le cadre de la semaine de sensibilisation sur les économies d’énergie, en octobre dernier, la ville de Lunel-Viel a distribué gratuitement aux ménages à revenus modestes, des ampoules LED. Le dispositif, appelé Réduc’Énergie, leur permet de réaliser des économies sur leurs factures d’électricité. Une initiative contre la précarité énergétique, qui entre dans l’Agenda 21 de la ville.
 
À Lunel-Viel, 37 foyers ont bénéficié de la distribution gratuite d’un pack d’ampoules Led. Un atelier, animé par l’association GEFOSAT, a permis de sensibiliser les participants aux gestes simples pour réduire les consommations d’énergie et préserver les ressources naturelles. Le pack était composé de cinq ampoules LED, de la BD Agenda 21 de Lunel-Viel et d’un sac en coton réutilisable. L’objectif principal de cette initiative est de pallier les problèmes de factures énergétiques des familles, en réduisant leur consommation. Car une ampoule LED consomme jusqu’à huit à dix fois moins qu’une ampoule classique, possède une plus longue durée de vie… Mais coûte également plus cher.

Accessibility
Fermer