Menu
  • A la maison

    Papier

    –> Je fais un tas de brouillon avec les feuilles qui sont utilisés uniquement au recto
    –> Je mets un STOP PUB sur ma boîte aux lettres. Vous réduirez ainsi vos déchets de 15 kg/personne/an ! Grâce à cet autocollant, vous n’aurez plus de publicités dans votre boîte à lettre mais vous continuerez de recevoir votre magazine municipal « LVMAG». Comment se procurer un STOP PUB ? En venant récupérer gratuitement un autocollant STOP PUB à l’accueil de la mairie aux heures d’ouverture habituelles.

    Eau

    –> Eviter de faire couler l’eau inutilement quand je me brosse les dents, me lave les mains ou me rase. Par exemple, fermer le robinet pendant les trois minutes où l’on se lave les dents peut économiser quelques dizaines de litres d’eau !

    –> Opter pour des systèmes de chasse d’eau à deux débits. Ces chasses permettent de réduire le volume d’eau utilisé d’environ 15 litres par jour pour un foyer de deux personnes. Une chasse d’eau classique consomme entre 6 et 12 l d’eau, une double consomme 3 à 6 litres… Et si vous n’en avez pas, il vous suffit de placer une bouteille d’eau pleine de sable ou d’eau dans le réservoir de la chasse d’eau de vos toilettes, moins d’eau sera ainsi gaspillée (la consommation d’eau est réduite de 1 à 2 litres à chaque remplissage de la cuvette).

    –> Vérifier qu’aucun robinet ne fuit. Faites donc réparer les robinets et chasses d’eau qui fuient : de 10 litres par jour pour un robinet qui goutte jusqu’à 600 litres par jour dans le cas d’un simple filet d’eau dans la cuvette des WC !

    –> Prendre des douches rapides plutôt que des bains. La douche consomme de 50 à 80 litres d’eau contre 150 à 300 litres pour un bain. Une douche consomme en moyenne cinq fois moins qu’un bain

    –> Equiper vos robinets de réducteurs de débits. Mitigeurs et aérateurs limitent significativement votre consommation d’eau : jusqu’à 70% ! Appelé mitigeur, aérateur, économiseur ou mousseur, ce dispositif se place facilement à la sortie de vos robinets. Son rôle est de diminuer le débit d’eau qui coule en dispersant le flux. Cela ne nuit pas du tout à l’usage courante de l’eau (douche, vaisselle…). Par défaut, l’eau du réseau de distribution est délivrée à 3 bars, c’est à dire 17 l/mn, un mitigeur classique peut abaisser le débit à 12 l/mn tandis que les certains mitigeurs mécaniques haut de gamme économisent jusqu’à 70% d’eau. Pour un foyer de 4 personnes, les aérateurs placés sur les robinets et les éco-douchettes génèrent une économie annuelle de l’ordre de 30 % soit 6,5 m3 avec un mousseur et 29 m3 avec une éco-douchette, pour un prix modique : environ 5 euros par économiseur.

    –> Faire pipi dans la douche. Profitons de notre douche pour faire pipi ! Nous économisons ainsi une chasse d’eau.

    –> Conserver le reste de l’eau de votre bouilloire pour arroser les plantes vertes

    –> Veillez à remplir suffisamment le lave linge et le lave vaisselle avant de les faire tourner ou alors utilisez la fonction « demi-charge » si elle existe sur votre appareil.

    Electricité

    –> Acheter des appareils mentionnant une étiquette européenne de classe énergétique au moins “A+”. Ils sont plus économes et respectueux de l’environnement pour un prix souvent identique. (Appareils de classe E, F et G sont interdits à la vente). Les appareils de classe énergétique A++ réduisent la consommation et donc la facture d’électricité de 20% par rapport à une classe A+.

    –> Eviter tant que possible le sèche-linge. Cet appareil, qui n’a pas toujours son utilité si vous avez de l’espace pour sécher le linge, consomme deux fois plus d’électricité qu’un lave-linge et a tendance à abîmer le linge. Un essorage, même à 600 tr/mn suffit.

    –> Laver son linge à 30°C dès que possible. Baisser la température moyenne de lavage ne serait-ce que de 3°C permet d’économiser environ 11% de l’énergie utilisée aujourd’hui pour le lavage machine : laver à 60°C consomme 1,3kWh, laver à 40°C environ 0,7kWh, à 30°C la consommation descend à 0,4kWh !

    –> Eteindre les appareils électriques qui restent en veille (TV, ordinateur, imprimante, cafetière,…). Ce petit geste vous permettra d’économiser environ 7% du montant de votre consommation électrique et cela prolonge la durée de vie des appareils. Pour faciliter l’opération, la multiprise avec interrupteur est une solution pratique et peu onéreuse. En un clic, tous les appareils branchés sur la multiprise (téléviseur, box Internet, chaîne hi-fi…) sont éteints.

    –> Veiller à éteindre les lumières inutiles (pièces inoccupées,…). Eteindre la lumière en quittant une pièce,…En effet, l’éclairage représente en moyenne 12,8 % de la facture d’électricité d’un ménage français.

    –> Préférer les ampoules à basse consommation d’énergie ou LED. En effet, les ampoules classiques, transforment seulement 5% de l’électricité consommée en lumière – le reste s’évapore en chaleur…Ces lampes à basse consommation s’inspire des néons sous des tailles plus petites, on les appelle lampes fluorescentes, ou lampes fluorescentes compactes (LFC) ou encore fluo compacte. Ces ampoules éclairent autant qu’une lampe incandescente classique de 60 W pour une puissance de 11 W avec une durée de vie multipliée par 6. Vous ferez ainsi jusqu’à 80% d’économies pendant sa durée de vie… Une ampoule base consommation consomme 4 à 5 fois moins d’électricité qu’une lampe à incandescence traditionnelle et dure en moyenne 6 fois plus longtemps. Encore mieux que les lampes fluorescentes pour l’éclairage : les lampes LED, qui ne contiennent pas de mercure. Il existe maintenant des lampes LED dont l’éclairage équivaut à 75 W pour une consommation de seulement 12 W et une durée de vie de 40 000 heures !

    –> Eviter les lampes halogènes. Très à la mode il y a quelques années, elles sont trop gourmandes en énergie (de 25 à 50 fois plus que les lampes basse consommation).

    –> Ne pas abuser pas des abats jours. Leur couleur sombre peut absorber 50 à 80 % de la lumière, obligeant à multiplier les sources lumineuses. Ne pas oublier la lumière naturelle !

    –> Nettoyer vos ampoules. Avec le temps, les ampoules sont recouvertes de poussière, ce qui peut faire diminuer leur flux lumineux de près de 40 % !

    –> Débrancher les chargeurs. Un chargeur non relié à un appareil consomme de l’électricité

    –> Favoriser l’éclairage par la lumière naturelle en plaçant près des fenêtres les plans de travail (cuisine, bureau…). L’éclairage représente en moyenne 15 % de la facture d’électricité (hors chauffage, eau chaude et cuisson).

    –> Adapter le chauffage : 19°C dans les pièces à vivre et 16°C la nuit dans les chambres sont largement suffisants. 1°C de moins chez soi, c’est 7% de consommation en moins.

    –> Fermer les volets la nuit pour éviter les déperditions de chaleur

    –> Fermer les radiateurs lorsque j’aère la pièce.

    –> Penser au couvercle pour faire bouillir de l’eau. Un couvercle pour maintenir 2 litres d’eau bouillante demande 4 fois moins d’énergie consommée.

    –> Utiliser des casseroles adaptées à la taille de la plaque chauffante

    –> Décongeler mes aliments à l’air libre. Plutôt que d’utiliser le micro-ondes, la décongélation à l’air ambiant ne consomme aucune énergie et préserve la qualité des produits tels que les légumes.

    –> Mettre les plats refroidis et couverts au réfrigérateur

    –> Régler la température de mon réfrigérateur à 4°C et -18°C pour le congélateur

    –> Dégivrer si besoin mon réfrigérateur et congélateur

    –> Dépoussièrer la grille arrière du réfrigérateur

    –> Placer mon réfrigérateur loin d’une source de chaleur

    –> Dégivrer régulièrement mon réfrigérateur avant que la couche de givre n’atteigne 3 mm d’épaisseur, Dégivrer permet d’économiser jusqu’à 30 % de la consommation d’électricité.

    –> Poser du double vitrage

    –> Boucher les trous (sous les portes, autour des fenêtres…). Combler ces petits espaces peut vous faire gagner jusqu’à 10 % sur votre facture d’électricité !

    –> Baisser le chauffage en votre absence. Inutile de chauffer les pièces à la même température que si vous étiez là. Lors d’une absence pour la journée, baisser de quelques degrés la température de votre logement. Si vous vous absentez quelques jours, pensez à mettre votre système de chauffage en position hors gel. Grâce à la programmation et à la régulation, régulez les températures pour les adapter et anticiper.

    Utiliser de l’eau froide ! Plutôt que de solliciter l’eau chaude pour tous vos usages : rincer la vaisselle, les légumes, se laver les mains… préférez l’eau froide qui peut convenir à bien des usages.

  • Au bureau

    • Signaler les fuites au service (WC, robinet,…) au service adapté

    Papier

    • N’imprimer les messages, e-mail ou documents que si c’est nécessaire
    • Faire un tas de brouillon avec le papier utilisé uniquement qu’au recto
    • Favoriser les échanges par mail plutôt que par courrier

    Goblet/tasse réutilisable

    • Boire dans des gobelets ou tasses réutilisables
  • Dans mes déplacements/Agir sur le transport

    • Partager la route grâce au covoiturage : proposer à ses collègues, ses voisins de partager la même voiture que soi. Le covoiturage divise les frais de déplacements entre les différents occupants du véhicule et limite les émissions de gaz à effet de serre
    • Laisser les enfants se rendre à l’école à pied En France, 90% des enfants habitent à moins d’1 km de leurs établissements scolaires et 8 minutes suffisent pour parcourir 500 m à pied
    • Choisir le bus et laisser ma voiture sur les parkings relais pour mes déplacements un peu plus longs en ville Ceci permet de limiter la pollution atmosphérique et l’encombrement en ville.
    • Privilégier le vélo, le roller, la trottinette ou la marche à pied pour un court trajet
    • Adopter une conduite apaisée Un conducteur pressé consomme 40% d’essence de plus
  • Dans mon jardin

    • Arroser mon jardin le soir quand l’évaporation est moins forte. Une économie d’eau de 50 % en moyenne pour la même efficacité est réalisée.
    • Ne pas arroser sa pelouse qui reverdira toute seule au retour de la pluie.
    • Utiliser des techniques économes en eau : goutte-à-goutte, tuyaux suintants, paillage lors de fortes chaleurs pour conserver l’humidité du sol…
    • Recouvrir le sol au pied des plantes, des arbres et des arbustes d’une couche d’herbe coupée ou de copeaux de bois, feuilles sèches, paille, écorces, paillettes de lins…pour absorber l’eau et conserver l’humidité.
    • Récupérer les eaux pluviales pour arroser. L’eau de pluie, qui sera récupérée dans un conteneur assez volumineux, peut par exemple être utilisée pour l’arrosage du jardin. En récupérant l’eau de pluie vous en consommez moins, ce qui est bien pour le porte-monnaie, les nappes phréatiques fortement sollicitées et allège les stations d’assainissement d’eau qui consomment de l’énergie, des produits chimiques. Notons qu’un arrosage consomme de 15 à 20 l d’eau par m².
    • Composter vos déchets verts. Vous pouvez ainsi alimenter en humus d’autres parties de votre jardin sans apports extérieurs enrichis en engrais.   ®    Utiliser des insecticides biologiques. Dans un premier temps, renseignez vous bien sur la nocivité potentielle des insectes visés : certaines espèces sont présentes en grande quantité mais ne représentent aucun risque pour votre jardin.  Ensuite, il existe des plantes répulsives (œillets d’Inde, ciboulette, oignons, ail, basilic, dahlia), des purins à base de végétaux ou d’eau savonneuse pour éloigner les insectes indésirables. Pour les pucerons, procurez vous des coccinelles qui s’en nourrissent. Pour faire fuir les limaces et les escargots du jardin, il faut déposer régulièrement autour de vos plantations des substances collantes ou rugueuses : cendre ou sciure de bois, coquilles d’œufs émiettées, marc de café (séché), ou encore mieux : laisser le gîte à un hérisson qui s’en nourrit la nuit tombée !  ®    Eviter au maximum les désherbants chimiques Plusieurs solutions possibles 😮   désherber à la main avec une binette, un sarcloir ou une houe, ce qui entretient votre physique et à le mérite d’être sélectif dans les espèces supprimées. A l’inverse, l’utilisation d’une houe rotative mécanique peut provoquer la multiplication de mauvaises herbes vivaces.utiliser de l’eau bouillante (2 litres pour 4 m²), par exemple celle de l’eau de cuisson (pâtes, riz, pommes de terre…) qui est aussi efficace qu’un désherbant chimique sans tuer la vie macro et microscopique qui participe à l’enrichissement et l’entretien de la terre.
  • Dans mes achats

    • Acheter des produits de saison et local. En vous fournissant en fruits et légumes de saison, vous améliorez la qualité gustative de vos aliments qui n’ont pas été produits en re-créant artificiellement leurs conditions normales de développement. Ils subissent donc moins d’apports extérieurs visant à assurer leur croissance. De surcroît, ils sont moins chers et vous favoriserez nécessairement les produits locaux qui n’ont pas subi un transport souvent dommageable pour les produits alimentaires. Enfin, sur un plan humain, acheter des produits locaux et de saison permet de privilégier les circuits courts qui rémunèrent moins d’intermédiaires et plus les producteurs.
    • Acheter «équitable» : Ils garantissent le respect de nombreux critères tels que :
    • prix établi en faveur d’une rémunération juste des travailleurs et engagement durable des acheteurs,
    • respect du droit : élimination du travail des enfants et du travail forcé,
    • gestion durable des ressources naturelles et interdiction des OGM,
    • prise de décision démocratique et information transparente dans la gestion.
    • Acheter des œufs marqués 0 ou 1 : Il existe plusieurs modes de production et le code figurant sur l’œuf nous informe des conditions d’élevage des poules. Le premier chiffre (avant « FR ») signifie :
    • 0 : oeufs de poules élevées en plein air (au moins 2,5m2 de terrain extérieur par poule) et nourries avec une alimentation biologique
    • 1 : oeufs de poules élevées en plein air (au moins 2,5m2 de terrain extérieur par poule)
    • 2 : oeufs de poules élevées au sol (élevage intensif en intérieur mais sans cage – max. 9 poules/m2)
    • 3 : oeufs de poules élevées en cage ou en batterie (18 poules/m2)

    Afin de favoriser un mode de production respectueux de l’animal, ne nous fions pas au visuel de la boîte et privilégions les oeufs marqués « 0 » et « 1 »

Accessibility
Fermer