Menu

Une étude réalisée pour le SMEPE* montre que l’incinérateur est “surdimensionné”. À l’horizon 2030, avec les efforts de tri et de valorisation des déchets engagés, le territoire du SMEPE ne produira plus assez de déchets pour l’alimenter. Alors plutôt que de faire venir des poubelles de plus loin, la municipalité voit, dans cette pénurie annoncée, une occasion à saisir pour changer de politique et sortir de l’incinération.
 
C’est précisément dans ce contexte que le conseil municipal a voté, lors du conseil municipal du 9 novembre dernier, une motion destinée au Syndicat Mixte Entre Pic et Étang (SMEPE )qui doit décider du devenir de l’installation d’ici 2019, date à laquelle la délégation de service public à Ocréal, exploitant privé de l’incinérateur, prend fin.
 
Pour la commune, il faut que « l’infrastructure passe en régie publique pour sortir de la logique comptable d’un exploitant privé », assure le premier adjoint, Fabrice Fenoy, qui propose d’inscrire en 2019 dans le nouveau contrat l’objectif de fermer un four. « L’incinérateur traite 120 000 tonnes de déchets par an dont seuls 87 000 proviennent du Syndicat. Or, à l’horizon 2030, avec les efforts de tri et de valorisation des déchets, il n’y en aurait plus que 53 000 tonnes ». D’où l’opportunité de fermer un des deux fours afin de limiter, à terme, les déchets qui ne proviennent pas de notre territoire. « Je suis convaincu qu’il est possible de mettre en place des alternatives dans un délai raisonnable », affirme Fabrice Fenoy. « Le SMEPE pourrait être moteur pour inciter les intercommunalités qui le composent à entrer dans la logique de l’économie circulaire. Concrètement, il s’agit de recycler tout ce qui peut l’être pour réduire la quantité de déchets incinérés».

Accessibility
Fermer