Menu

JOB D’ÉTÉ : la ville recrute

jobete

VOUS RECHERCHEZ UN JOB D’ÉTÉ ?

LA VILLE RECRUTE ! ENVOYEZ VOS CANDIDATURES…

La mairie recrute 4 emplois saisonniers au poste d’AGENT TECHNIQUE POLYVALENT afin de renforcer les services techniques pendant la période estivale (juin, juillet, août). Les candidatures (CV et lettre de motivation) sont à adresser au maire, avant le 25 avril, par courrier ou par mail : secretariat-general@ville-lunelviel.fr

Jardin sec : un voyage végétal de la Méditerranée au Japon

Jardin méditerranéen L’entrée de ville compte beaucoup dans la perception qu’on a d’une commune. C’est pourquoi la municipalité a fait le choix de réhabiliter en jardin le terrain de l’ancienne station d’épuration pour redonner à l’entrée de Lunel-Viel sur la route de Lansargues une véritable qualité paysagère.

  • Jardin «Feng Shui» Ce jardin conjugue éveil des sens (plantes olfactives et gustatives), écologie, bien-être et limitation extrême de l’arrosage et de l’entretien. En effet, dans l’optique du développement durable, une attention particulière a été portée au choix d’essences  tolérant la sécheresse et les inondations. L’entretien est limité par un paillage du sol avec des copeaux BRF (Bois Rameaux et Feuilles) qui réduit l’évaporation et les apports d’engrais en maintenant une vie microbienne par humidification. Une prairie à base de chiendent et de lippia nodiflora viennent compléter ce dispositif végétal.

  • Eveil des sens 
    L’odorat est réveillé par les eucalyptus, plantes aromatiques et fleurs,  le goût est suscité par les amandiers, grenadiers, oliviers, noisetiers, cornouillers… même le sens de la curiosité est piqué par les arbres à papillons et les plantes mellifères.

  • Activités et repos 
    Les buttes et creux créés agrandissent l’espace et permettent de profiter de la campagne à des hauteurs différentes. Les chemins sont une invitation à la promenade en poussette ou fauteuil roulant et sont ponctués d’aires de jeux, de bancs. Les sportifs peuvent emprunter un petit parcours de santé avec quelques agrès. Ce jardin sec est donc un nouvel espace où petits et grands peuvent paisiblement profiter du plein air. 

   jardin sec Jardin méditerranéen

Le chemin de la monnaie

 

Pourquoi appelle-t-on ce chemin « chemin de la monnaie » ? Claude Raynaud nous donne l’explication.

Un peu partout en Languedoc, la voie domitienne, lorsqu’elle s’est conservée sous la forme d’un chemin ou d’une route départementale, a reçu le nom de « chemin de la monnaie ». Pour certains, cette appellation marquerait le souvenir de découvertes anciennes de monnaie, pour d’autres elle rappellerait les droits de péage qu’il fallait acquitter pour l’emprunter… En réalité, l’origine de ce nom vient de l’expression latine via munita, qui signifie « voie pavée, aménagée ». Ce terme, que l’on trouve dans les écrits de Cicéron au 1er s. av. J.-C., s’est transformé au Moyen Age en langue occitane : camin de la mouneda, que le français a traduit à son tour en « chemin de la monnaie » ! De quoi y perdre son latin !

Le parc de l’orangerie

Entourant l’ancien “château” de Lunel-Viel, le parc abrite également une orangerie de 1876, inscrite à l’inventaire des monuments historiques.

  • Historique

Le parc est créé au XVIIème siècle, en même temps que le château. Il garde le témoignage de chacune des périodes de son histoire : construction de l’orangerie en 1876, plantation d’espèce “exotiques” renvoyant à la période coloniale (palmiers, bambous).

Une partie du parc est vendue à la commune par la famille Manse en 1967. Une clôture est alors construite pour séparer le parc des abords immédiats du château. Dans les années 1980, le château lui-même est acquis par la ville qui en fait sa mairie. L’ensemble des jardins est désormais accessible au public. En 2009, le muret qui témoignait encore de la séparation du domaine est démoli, et le parc retrouve son unité. Puis, en 2011, les portails des entrées Nord (sur la RN 113) et Est (sur les terrains Manse) sont réaménagés : l’entrée Nord bénéficie d’un traitement soigné lors de la réfection de la route nationale, avec la pose de dalles de pierres. L’entrée Est récupère le portail initialement situé sur le chemin de la Barthelasse, tandis qu’une clôture sépare le parc du futur lotissement prévu sur les terrains Manse.

Enfin, pour mettre en valeur le patrimoine, le conseil municipal décide en 2011 de substituer à l’appellation “parc municipal”, celle, plus explicite, de “parc de l’Orangerie”.

  • Un des joyaux de la commune de Lunel-Viel.

En plus de l’orangerie et du château le parc abrite plusieurs curiosités : un système hydraulique relié par un aqueduc au moulin des terrains Manse, des essences d’arbres variées (une signalétique mise en place en 2010 facilite désormais la visite), un bassin, un tertre etc. Très arboré, le parc abrite chaque année de nombreuses manifestations, comme le festival Un piano sous les arbres.

Un village entre Nîmes et Montpellier

{dropcap2}À{/dropcap} 20 km de Montpellier et 30 km de Nîmes, la ville de Lunel-Viel est aisément accessible. 

 

  • Par avion : aéroport Montpellier Méditerrannée (MPL)
  • En train : gare TGV Montpellier Saint-Roch, gares TER de Lunel et Lunel-Viel
  • En voiture : autoroute A9 sortie Lunel ou RN 113

 

 


Afficher Lunel-Viel sur une carte plus grande

La viticulture : muscat et coopérative


Malgré son déclin la viticulture reste assez bien implantée à Lunel-Viel : la superficie en vigne est d’environ 400 hectares dont 150 en appellation Muscat de Lunel.

 

Lunel-Viel, l’un des quatre communes de l’AOC Muscat de Lunel

 

Comme son appellation ne l’indique pas, le muscat est principalement produit sur les communes de Lunel-Viel et de Vérargues. L’AOC comprend également les communes de Saturargues et de Lunel.

A Lunel-Viel, un compoix de 1604 atteste l’existence de la culture du muscat, vin doux naturel, dans la partie nord de la commune. Fort apprécié à l’époque moderne, il aurait été qualifié par Jean-Jacques Rousseau de “meilleur muscat d’Europe”.

Sa production à Lunel-Viel se poursuit aujourd’hui à la Tour de Farges et au Mas des Caves.

En savoir plus :

– le site de la cave du Muscat de Lunel

– le site de la Tour de Farges

 

La distillerie et la coopérative

La distillerie coopérative des vignerons de Lunel-Viel a été créée en 1913. Elle obtient un prêt du Crédit agricole du midi en 1918 qui permet la construction du bâtiment de la distillerie. Elle abrite aujourd’hui les services techniques municipaux.

La cave a été construite sur une parcelle voisine par l’architecte montpelliérain André Cassan. Elle est aujourd’hui abandonnée, la production de Lunel-Viel étant acheminée à la cave de Vendargues.

 

En savoir plus :

– Site de la Région Languedoc-Roussillon : inventaire des caves et distilleries, Lunel-Viel

L’époque romaine : thermes et Voie domitienne

Les thermes et la palestre

De grands thermes sont construits vers les années 70 après JC., dont subsistent les fondations que l’on peut visiter près de l’école maternelle, rue des Thermes. Autour du carrefour et de la place centrale se développaient un second ensemble thermal et des maisons, dont la modestie ou au contraire le confort, témoignent du rang social de leurs occupants.

On peut également voir à l’entrée de l’école maternelle les reste de l’ancienne palestre (le gymnase à l’époque romaine).

 

 

La Voie domitienne

Lunel-Viel se trouve également sur le passage de la Via Domitia, peu après le village d’Ambrussum. Aujourd’hui, la voie emprunte l’actuel chemin de la Monnaie, le long de l’autoroute A9. Elle matérialise la limite communale avec Vérargues.

Ce chemin est encore emprunté, notamment par les pèlerins de Saint-Jacques.

L’église Saint-Vincent

Plusieurs fois rasée durant les Guerres de Religion, l’Eglise de Lunel-Viel conserve peu de choses de ses origines médiévales, l’essentiel de l’édifice ayant été rebâti au milieu  du XVIIème siècle. Seul vestige médiéval, le clocher occupe une puissante tour défensive portant une inscription qui situe sa construction au début du XVème siècle.

La grotte préhistorique du Mas des Caves : le plus ancien habitat préhistorique d’Europe

La grotte du Mas des Caves

Le plus ancien fleuron du patrimoine lunel-viellois est aussi le plus mystérieux. Un kilomètre au nord-ouest du village en direction de Saint Géniès, la grotte s’ouvre dans un coteau célébré aussi pour le muscat qu’il produit.

 

grotte Mas des Caves
Les hommes de Néanderthal furent les premiers occupants des lieux où ils s’établirent il y a 500 000 ans. De nombreuses fouilles ont eu lieu depuis 1824 et les découvertes concernant la vie de ces ancêtres homo-sapiens en font l’un des plus prestigieux gisements préhistoriques d’Europe. A ce jour, la grotte n’est pas ouverte au public.

 

Les fouilles n’ont pas permis d’identifier de squelettes humains, et la grotte ne comporte pas de peintures rupestres. Mais, dans le cadre des travaux de la future Ligne à Grande Vitesse Nîmes-Montpellier, de nouvelles fouilles pourraient avoir lieu… Affaire à suivre, donc la grotte du Mas du Caves n’a peut-être pas livré tous ses secrets.

 

En savoir plus sur la grotte du Mas des Caves :

 

– le site de l’association Archéologie en Petite Camargue

– le site DAPHNE (Données en Archéologie, Préhistoire et Histoire sur le NEt)

Le château et l’orangerie

Aucun texte, ni aucun vestige ne témoigne de la présence d’un château à Lunel-Viel au cours du Moyen-Age, le village restant alors sous la protection du château de Lunel et trouvant son seul élément défensif dans la Tour de l’Eglise.

 

L’actuel château date du XVIIème siècle dans sa partie la plus ancienne, en particulier le grand escalier de style Louis XIII desservant les actuels services de la mairie qui occupe le bâtiment depuis la fin du XXème siècle. Bâti par la famille de Trémollet, seigneur du lieu aux XVIIème et XVIIIème siècle, le château est vendu à la veille de la Révolution au sieur Durand, maire de Montpellier.

 

 

Le château connaît d’importantes transformations dans la seconde moitié du XIXème siècle, sous l’impulsion de son propriétaire Paul Manse, avocat fortuné, avec en particulier l’aménagement d’une chapelle qui a conservé son décor néo-gothique.

 

Dans le vaste parc, en 1876 est bâtie une grande orangerie de style Napoléon III, remarquable par sa couverture d’ardoise en écaille et par son décor sculpté. Si les orangers ont déserté les lieux, après d’importants travaux de restauration, le bâtiment, classé depuis 1990 monument historique par les bâtiments de France offre désormais son cadre prestigieux aux réceptions et expositions municipales. Le parc comprend de nombreuses essences, platanes, maronniers, micocouliers, chênes, palmiers, cyprès parmi lesquels il fait bon se promener.

 

Extraits de Patrimoine et Culture en Pays de Lunel

Accessibility
Fermer