Menu

 
 

L’aire de jeux du parc & des Thermes

Aire de jeux parcDeux toboggans, un module d’escalade, deux balançoires : l’aire de jeux du parc a été complètement rénovée en 2010.

 

  • Un équipement pour les petits et les grands

Ce nouvel équipement vient compléter l’offre pour les loisirs. En effet, jusqu’ici, les jeux à Lunel-Viel étaient principalement destinés aux tout-petits. Les modules mis en place dans le parc sont destinés à tous les enfants, de 2 à 12 ans.

 

  • Une meilleure intégration dans l’environnement

Difficile de marier les couleurs souvent très vives des jeux pour enfants avec le chêne centenaire du parc et l’orangerie. Un compromis a donc été trouvé dans le choix des coloris  et des matériaux  à l’aspect le plus « naturel » possible en privilégiant le bois.

 

  • Une sécurité renforcée

Suite au diagnostic réalisé par l’Apave, un organisme qui vérifie la sécurité des bâtiments et équipements publics, il est apparu qu’aucune des aires de jeux de Lunel-Viel n’était aux normes. Problèmes de fixation, boulons et échardes risquant de blesser les enfants… L’aire du parc était dans un état préoccupant : balançoire cassée, coin de la dalle de béton non recouvert par le sol souple. Celui-ci est désormais bien plus épais, et les règles d’implantation (pas d’obstacle dans un rayon de 2 m autour des jeux) ont été respectées.

Après le réaménagement et la mise en sécurité de l’aire de jeux du parc de l’Orangerie est venu le tour de l’aire des Thermes. Toboggans et balançoires ont pris place pour le plus grand bonheur des tout-petits. Cette aire est destinée aux enfants âgés de 3 à 6 ans.

Aire de jeux Les Thermes

Aire de jeux Les Thermes

Le coup de pouce contre l’échec scolaire

Coup de pouceInitié en 2008 par Adrien Riff, soutenu par la commune, le Coup de pouce est un dispositif gratuit d’aide à l’apprentissage de la lecture. La commune investit contre l’échec scolaire  qui concerne près de 15 % des écoliers. En effet, c’est par une action précoce et énergique qu’il est possible de renverser la vapeur : le Coup de pouce encourage l’apprentissage de la lecture, qui est la clé d’une bonne scolarité par la suite.

 

Plaisir d’apprendre 

Chaque séance (1h30) commence par un rite d’ouverture, 30 minutes de détente et discussion autour d’un goûter. S’ensuivent 15 minutes d’activités brèves et ludiques. Enfin, l’animateur lit une histoire : ce rite de clôture renforce le plaisir de l’enfant dans son rapport à l’écrit.

 

Des parents fortement investis

Ils s’engagent à assister à au moins une séance de club par trimestre, à encourager leur enfant et parler avec lui, chaque jour, de ce qu’il fait à l’école et au club. Ils lui préparent son goûter et viennent le chercher à la sortie du club.

Parents, animateurs, enseignants et municipalité travaillent donc main dans la main pour la réussite des écoliers.

Distribution et qualité de l’eau en progrès

  • Une qualité très satisfaisante

Comme chaque année, l’entreprise S.A.U.R, qui gère le réseau d’eau potable, a remis à la commune les mesures de qualité de l’eau. Notre eau est d’excellente qualité : faible présence de nitrates, dont les concentrations se sont stabilisées à 25 mg/l soit 50 % de la norme (50 mg/l). Les autres paramètres sont plus que satisfaisants et toujours très largement inférieurs aux limites hautes du point de vue microbiologique, de la minéralisation, des matières organiques ou des pesticides.

 

  • Un nouveau traitement au chlore gazeux

Ce procédé, plus performant, élimine le goût de Javel, parfois désagréable et assure une parfaite maîtrise du dosage. Ainsi, la qualité sanitaire et la qualité gustative s’améliorent nettement.

 

  • Un nouveau surpresseur

On constatait parfois des à-coups dans la pression au robinet, notamment pour les habitants du haut du village. Grâce à ce nouvel équipement, la pression sera désormais plus forte (5,5 bars au départ soit 1 bar de plus qu’à l’heure actuelle) et rigoureusement constante quel que soit le débit distribué. Un mieux pour le confort de tous… et une garantie de longévité pour les tuyauteries moins soumises aux variations de pression.

 

  • Une réduction des fuites

A l’heure où de nombreux départements prennent des mesures contre la sécheresse, il est important de ne pas gaspiller l’eau. Cela passe par une amélioration de la distribution : en effet, on estime entre 30 et 50 %  les fuites liées aux réseaux similaires.  Ainsi, faire couler 150 litres, la consommation moyenne journalière par habitant, revient à dépenser en réalité 195 à 225 litres… À Lunel-Viel, le rendement du réseau est meilleur, puisque les fuites ne représentent que 25 %. Et il va encore s’améliorer grâce aux nouveaux compteurs de sectorisation : quartier par quartier, ces compteurs permettent de localiser les fuites et de préserver la ressource en eau.

 

 

Le SPANC, un outil de contrôle au service de la qualité de l’eau

spancLe SPANC, Service Public d’Assainissement Non Collectif, relève de la compétence communale. Sa création a été approuvée à l’unanimité lors du conseil municipal de février 2012. Instauré par la loi sur l’eau du 3 janvier 1992, il contrôle l’assainissement des maisons isolées.

Ce nouveau service comprend la collecte, le prétraitement, l’épuration et la filtration des eaux usées domestiques dans les zones d’habitat diffus, trop éloignées du réseau d’assainissement collectif. Le but de ces contrôles est de vérifier que les installations sont aux normes. Chaque habitation doit assurer le traitement de ses eaux usées (fosse septique, fosse toutes eaux…) afin de réduire les risques sanitaires et environnementaux.

  • Combien d’installations sont concernées ?

Suite au zonage d’assainissement des eaux usées approuvé le 17 mai 2010, un premier recensement a pu être effectué. Il a permis de comptabiliser quatre-vingts installations à contrôler. Les contrôles seront confiés par la commune à un prestataire privé.

 

  • Quel montant à payer pour cette vérification ?

Les montants des redevances d’assainissement non collectif varient selon la nature des opérations de contrôle.

Redevances

Coûts 

Contrôle de conception / d’implantation

112 €

 

Contrôle de bonne exécution 

111 €

Diagnostic

160 €

Contrôle périodique et entretien tous les 4 ans

84 €

Contre-visite (suite au contrôle de bonne exécution d’un ouvrage neuf ou réhabilité insatisfaisant)

84 €

Analyse rejets ou eau forage

Selon tarif laboratoire

 

Un chantier d’insertion pour le point solidarité

Le chantier du Point Solidarité permet la réinsertion sociale et professionnelle de douze demandeurs d’emplois du territoire.

 

  • Pourquoi un point solidarité à Lunel-Viel ?  

Ce point solidarité a pour vocation d’être un lieu d’accueil et d’accompagnement pour les bénéficiaires du RSA et des minima sociaux de la commune. Il accueillera la banque alimentaire afin de recevoir les bénéficiaires dans un local mieux adapté.

 

  • Pourquoi faire le choix d’un chantier d’insertion ?

Ce chantier est en cohérence avec la vocation finale du local réhabilité et la politique sociale engagée de la commune. Une convention tripartite a été signée entre le Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi (PLIE) de Lunel, pilote du projet,l’association Passerelles-Chantiers, maître d’œuvre et la commune, maître d’ouvrage. Ces dispositifs conventionnés ont pour objet l’accueil, l’embauche et la mise au travail par des actions collectives de personnes inscrites en parcours PLIE, sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières.

Un plan vert pour Lunel-Viel

plan vertDepuis 2008, l’équipe municipale s’engage dans la valorisation du cadre de vie des Lunel-Viellois. La mise en œuvre de la démarche Agenda 21 local et son adhésion au réseau départemental, la participation au concours Villes et villages fleuris, l’entretien du patrimoine végétal, témoignent de cet engagement. Le plan vert est une politique de replantation des arbres abattus dans le village. Sa première phase du plan vert vise à recréer de la verdure dans les quartiers résidentiels.

 

  • Aménagement paysager et végétalisation

De nombreuses coupes d’arbres ont été faites à Lunel-Viel ces dernières années : arbres malades ou dangereux, racines de pins parasols qui déforment la voirie. Une replantation réfléchie et qualitative est nécessaire pour améliorer le cadre de vie, notamment fans les quartiers résidentiels du village.

Plusieurs critères ont déterminé le choix des plantations : contraintes des lieux (trottoirs ou bordures de chaussée), esthétique et facilité d’entretien (gestion raisonnée de l’arrosage, adaptation au climat).

 

  • Où trouver de nouvelles plantations ?

Rues des Ross, du Trident, Antoine Roux, Route de Valergues, Parking Les Thermes, Maison de retraite La Jolivade… Au total une cinquantaine d’arbres ont été plantés dans le village lors de cette première phase en 2012.

Des dispositifs de ralentissement de la circulation automobile

Depuis 2008, la municipalité a choisi de ralentir la circulation automobile dans le village pour améliorer la sécurité des piétons et des cyclistes.

 

  • Inversion des priorités : carrefour rue A. Roux / chemin des Horts (2009)

La mise en place de stops sur la rue Antoine Roux (route de Saint-Just) a considérablement ralenti la circulation automobile sur cette voie fréquentée du sud du village : une nécessité, au vu des équipements publics présents dans cette zone, école maternelle et crèche des Bisounours.

 

  • Ilot rue Jean Léon (2012)

Accentuant l’angle du virage, un îlot a été implanté au niveau du carrefour entre l’avenue de Saint-Géniès et la rue Jean Léon pour ralentir la vitesse des véhicules débouchant du pont. Les travaux ont été réalisés par les services techniques de la ville en 2012.

 

  • Ralentisseurs 

Avenue du Sport (2008) : la pose de quatre ralentisseurs avenue du sport, complétée par l’implantation de deux îlots centraux a permis de réduire considérablement la vitesse de circulation automobile sur cet axe.

Rue des écoles (2009) : à la demande des riverains, un ralentisseur a été implanté dans cette rue desservant alors l’ancienne école Jules Ferry. Le dispositif est complété en mars 2013 par la création d’un cheminement piéton réduisant la largeur de la chaussée.

Rue Antoine Roux / route de Saint-Just (2012) : à la demande des riverains, deux ralentisseurs séparés par un îlot central ont été posés au niveau de l’entrée dans l’agglomération, entre le pont sur le Dardaillon-Est et le château d’eau.

Rue de la Manade (2012) : à la demande des riverains, un ralentisseur a été implanté. Le dispositif est complété par une mise à sens unique des rues de la Manade, de la Saladelle et des Magnolias, la création d’une zone 30 et la création d’une voie cyclable bi-directionnelle.

Route de Valergues (2012) : à la demande des riverains, deux ralentisseurs séparés par un îlot central ont été posés au niveau de l’entrée dans l’agglomération.

Route de Vérargues (2012) : à la demande des riverains, deux ralentisseurs séparés par un îlot central ont été posés au niveau de l’entrée dans l’agglomération.

Rue de l’Égalité (2012) : à la demande des riverains, un ralentisseur a été implanté. Le dispositif est complété en mars 2013 par la création d’un cheminement piéton réduisant la largeur de la chaussée.

Chemin des Horts (2013) : à la demande des riverains, deux ralentisseurs séparés par un îlot central ont été posés. De plus, le carrefour entre le chemin des Horts, la rue Marcel Pagnol et la rue du château d’eau a été mis en priorité à droite pour inciter les automobilistes à lever le pied.

Accessibility
Fermer