Menu

D’où vient le nom Agenda 21 ?

Agenda 21 = programme d’actions le 21 e siècle

Dès 1992, la déclaration de Rio propose une version universelle du développement durable et met en place un plan d’action qui se nomme Action 21 ou Agenda 21. C’est un document opérationnel qui comprend 28 chapitres et 250 recommandations. Son chapitre 28 traite des collectivités locales et les invite à mettre en œuvre un Agenda 21 à leur niveau, d’où l’expression “Agenda 21 local”. Ce chapitre 28 précise le rôle essentiel qui revient aux territoires et aux collectivités locales en matière de développement durable. C’est ainsi qu’à chaque niveau de collectivité, revient la responsabilité d’élaborer, pour son territoire, et de mettre en œuvre, un programme d’action répondant aux principes de l’Agenda 21.

La France s’est alors engagée, lors de la conférence sur l’environnement et le développement, à mettre en œuvre l’Agenda 21 de Rio, programme d’actions pour le 21e siècle orienté vers le développement durable.

Cet outil préconise non seulement de penser le développement de façon globale, mais aussi d’agir à l’échelle locale. Car, si les enjeux sont mondiaux, c’est au niveau de chaque territoire que la politique de Développement Durable doit se mettre en œuvre.

Adopté en réunion interministérielle en juillet 2006, le cadre de référence national des projets territoriaux de développement durable, élaboré en concertation avec les autres ministères, les associations d’élus et les collectivités locales, a permis de donner un cadre et une définition commune aux agendas 21 locaux.

  • Agenda 21 = 5 éléments de démarche

    Un Agenda 21 constitue à l’échelle d’un territoire ou d’une ville un projet d’avenir partagé en faveur du développement durable. Les finalités d’un Agenda 21 sont en lien étroit avec les 5 finalités du développement durable et identifie 5 éléments déterminants pour assurer le succès d’une démarche de développement durable :

    • une stratégie d’amélioration continue : (chercher à améliorer la situation initiale d’une collectivité et de son territoire au regard des finalités du développement durable, et à améliorer les méthodes de travail pour y parvenir, en faisant évoluer si nécessaire le projet dans le temps).
    • la participation des acteurs du territoire (collectivités infra et supra territoriales, élus, techniciens, population, acteurs associatifs, économiques, financeurs…).
    • l’organisation du pilotage
    • la transversalité des approches : (l’environnemental / l’économique / le social). En prenant en compte le court, le moyen et le long terme, et en prenant en compte les autres stratégies mises en œuvre sur le territoire (Plan local d’urbanisme, Plan de déplacement urbain…) ou aux échelles infra et supra (autres agendas 21, Schéma de cohérence territoriale…)
    • l’évaluation partagée : (pour mesurer la pertinence des actions au regard des enjeux et des finalités, et mesurer l’efficacité des moyens affectés)

    Ces 10 points-clés peuvent être déclinés par tout type de territoire.

    S’il est important que soient partagés un langage, une méthode et des objectifs communs, il appartient bien sûr à chaque territoire, en partant de ses spécificités culturelles, géographiques, économiques, sociales et sociétales, de trouver son propre chemin pour progresser vers un développement plus soutenable, dans l’objectif de construire, pour tous, un avenir solidaire.

  • Agenda 21 local = outils de développement durable

    C’est un programme local d’actions en faveur du développement durable

    C’est un document qui regroupe une stratégie et un programme concret d’actions destinées à renforcer la prise en compte du développement durable sur un territoire. Il doit traduire une volonté politique et être élaboré avec la participation de chacun. Il concerne votre lieu de vie, la participation des habitants est donc sollicitée pour l’élaboration de ce document.

    Un Agenda 21 est un plan d’actions concrètes sur plusieurs années. Il s’agit d’un projet de territoire participatif qui doit impliquer l’ensemble des citoyens et des acteurs locaux. Véritable outil de planification, il a vocation à présenter un projet global de Développement Durable pour un territoire donné. Un Agenda 21 local se décline en actions concrètes à court, moyen et long terme.

    Un agenda 21 local est un projet territorial de développement durable, porté par une collectivité locale, et qui prend la forme d’un programme d’actions (programme d’actions pour le 21 ème siècle).

    Un agenda 21 peut être adopté par toute collectivité, quelle que soit son échelle territoriale (commune, communauté de communes, agglomération, pays, Parc naturel régional, département, région).

    Il n’y a pas de modèle unique d’agenda 21. Chaque programme d’actions est le reflet de la situation locale, de ses acteurs et de leurs attentes.

    C’est à la fois une démarche volontaire et non normalisée (chacun fait son propre agenda 21) et un document écrit qui établit le programme d’actions que la collectivité s’engage à mettre en œuvre en faveur du développement durable.

    L’agenda 21 est une démarche dynamique qui envisage le long terme. Elle repose sur la concertation et la participation des citoyens et de la société civile. Elle définit un projet de territoire qui prend en compte et concilie les aspects économiques, écologiques et sociaux.

    Elle aboutit à un programme d’actions concrètes et partagées avec les acteurs de la société civile. Elle fait l’objet d’une évaluation continue. La raison d’être d’un agenda 21 est de s’améliorer vis à vis des cinq finalités du développement durable. Une démarche d’amélioration n’a de sens que si elle s’accompagne de critères d’évaluation capables de mesurer les progrès accomplis.

  • Méthodologie / Elaboration d'un agenda 21

    Pour faciliter la mise en place des Agendas 21 locaux, le ministère en charge du développement durable a élaboré en 2006 (en concertation avec des représentants des collectivités) un cadre de référence.
    Il s’agit d’un outil méthodologique élaboré progressivement à partir d’expériences variées des collectivités, à l’issue d’un travail partagé (ministères, institutions, associations, collectivités).

    Un agenda 21 s’élabore au terme de plusieurs étapes :

    • Elaboration d’un diagnostic du territoire.
    • Définition d’une stratégie territoriale (grandes orientations que l’on souhaite donner au projet, vision prospective du territoire).
    • Déclinaison de cette stratégie en programme d’actions.
    • Exécution, évaluation, évolution du programme.

    schema-elaboration-a21

    L’agenda 21 peut être ancré sur des actions ou projets déjà engagés sur le territoire (un PLU, une charte de pays…)

    Son contenu est évolutif, il n’est pas figé une fois pour toute.

    Une démarche de réflexion et d’actions partagées sur le territoire

    La démarche Agenda 21 est fondée sur un diagnostic concerté et permet de concevoir un projet stratégique, traduit par un plan d’actions périodiquement évalué et renforcé. Son succès repose sur la mobilisation des acteurs, du diagnostic à l’élaboration du plan d’actions et à la mise en œuvre d’initiatives très concrètes. Ce processus engage donc les acteurs d’un territoire à se projeter dans l’avenir (pourquoi pas à l’échelle d’une génération ?), à identifier les défis et à définir les grandes orientations de progrès.

    Voici les étapes clés de l’élaboration de l’Agenda 21 de Lunel-Viel :

    2009

    26 juin 2009 : adhésion au Réseau Départemental des Agendas 21.

    30 novembre 2009 : engagement de la réalisation du diagnostic communal

    2010

    Signature de la charte d’Aalborg

    1er diagnostic du territoire

    Avril 2010 : Mise en place d’un comité de pilotage réunissant divers acteurs socioprofessionnels présents sur la commune.

    23 juin 2010 : réunion publique de lancement de l’Agenda 21

    Diagnostic partagé : à partir de décembre 2010, 3 premières soirées d’échange avec les habitants sur des thèmes reprenant les finalités du développement durable.

    2011 18 novembre 2011 et 13 janvier 2012 : 2 ateliers de diagnostic pour relancer la démarche participative en validant et complétant le précédent diagnostic
    2012 2 mars 2012 : atelier de définition des axes avec acteurs et habitants volontaires

    26 mars 2012 : validation des grands axes stratégiques par les élus

    Chaque axe a fait l’objet de nouveaux ateliers de concertation avec les citoyens pour proposer des actions concrètes : 30 mars 2012 : Préservation de l’environnement, 10 mai 2012 : Patrimoine et cadre de vie, 14 septembre 2012 : Vie culturelle, 24 octobre 2012 : Cohésion sociale et activités locales, 14 novembre 2012 : Urbanisme, énergie, mobilité Les résultats de cette concertation ont ensuite été déclinés en plan d’actions opérationnel, validé et complété par les élus.

    2013 27 juin 2013, le comité de Pilotage valide le plan d’actions

    Les « fiches actions » ont été rédigées courant 2013, et ont été ajustées et présentées en annexe du Plan d’Actions lors du dernier Comité de Pilotage

    2014

    3 octobre 2014 se tient le comité de Pilotage animé par l’adjointe au Maire, déléguée au développement durable, à l’environnement et à l’Agenda 21, Madame Nastorg-Péchenart. Il a permis de valider le Plan d’Actions dans sa version actuelle.

    13 octobre 2014 se tient une délibération du Conseil Municipal : approbation à l’unanimité du Plan d’Actions de l’Agenda 21 local. Le plan d’actions est structuré en 5 axes, déclinés en thèmes, eux-mêmes déclinés en actions concrètes et opérationnelles formalisées dans 70 fiches actions. Il répond localement aux 5 finalités du développement durable.

  • Intérêt de la démarche

    L’agenda 21 permet de :

    • mobiliser, sensibiliser et associer l’ensemble des acteurs à la construction d’un développement durable du territoire, c’est à dire un développement qui cherche à concilier la protection de l’environnement, le développement économique et le progrès social.
      Il donne à la collectivité un cadre pour agir sur le court, moyen et long terme.
    • Coordonner l’ensemble des actions de la collectivité dans une approche globale (et non pas sectorielle), qui permet notamment de mutualiser des moyens et de faciliter la maîtrise des dépenses publiques.

    L’objectif principal d’un Agenda 21 c’est le développement du territoire, mais en replaçant réellement les êtres humains au cœur de toutes les préoccupations, ceux qui y vivent aujourd’hui et les générations futures qui s’y succéderont. L’Agenda 21 local intègre à la fois des aspects sociologiques, économiques et environnementaux, et tient compte aussi bien des caractéristiques locales du territoire que des enjeux globaux planétaires.

Accessibility
Fermer